Contes et fées - 3

Puisque je me remets à poster régulièrement, mais qu'il ne passe plus grand monde par ici, je mets des extraits plus courts, pour ne pas vous effrayer !
Voici donc la suite !



* * *



A quelques kilomètres de là, la princesse en question marchait d’un bon pas sur les talons de son guide de fortune. Ils cheminaient depuis un long moment, et malgré le morceau de fromage et de pain sec qu’ils avaient partagé, l’estomac délicat de la jeune fille ne la laissait pas en paix.
- C’est encore loin ? s’enquit-elle pour la cent quatre-vingt deuxième fois.
- Non non, on arrive… bientôt…, répondit P’tit Tus pour la cent douzième fois – toutes les autres, il avait soit ignoré la question, soit déplacé sa réponse dans le vaste champ des synonymes existants au mot « bientôt ».
Mais cette fois-là, c’en était trop. Bérénice s’arrêta net, sa robe toute déchirée, et croisa les bras d’un air boudeur.
- Je ne ferai pas un pas de plus, décréta-t-elle. Je suis épuisée, j’exige que vous me disiez exactement où l’on est.
- Eh bien, c'est-à-dire que…, répondit P’tit Tus pour la cinquante-troisième fois.
- Et j’exige également une réponse un peu plus fournie ! Sinon, je ne vous paierai point, damoiseau. Et d’ailleurs, je repars immédiatement, je ne veux plus rien avoir à faire avec vous !
Il laissa tomber sa hache à terre, la mine déconfite. En son for intérieur, Bérénice se sentit incommensurablement satisfaite de son sens de l’autorité. Voilà comment devait se faire obéir une vraie future reine. Elle tourna sur ses talons et tenta de se remémorer les explications premières du jeune bûcheron. Voyons, ils avaient déjà dû parcourir les cinq cent pas vers le nord…
- Nom d’un axolotl enragé, ne faites pas ça, mam’zelle ! s’écria P’tit Tus.
- Oh que si, je peux très bien me débrouiller seule ! répliqua la princesse en passant pompeusement la main dans ses cheveux. Laissez-moi, à présent !
Toutefois, elle ne put rien ajou…ter. Le jeune bûcheron venait de la plaquer au sol de toutes ses forces, et brandissait sa hache, ses yeux sombres luisant soudain d’un éclat terrifiant.
- Aaaaaaaaaaaaaaaaaah ! s’égosilla Bérénice en portant une main à sa poitrine.
La hache s’abattit, le sang gicla, le cri se tut brusquement, ne laissant que son écho mourir entre les cimes des arbres sombres de la forêt. P’tit Tus se releva lentement, ses jambes tremblantes, les yeux fixés sur sa victime.
- Ça va ? demanda-t-il en lâchant sa hache.
Bérénice hocha la tête, incapable d’articuler un son. Le corps tranché de l’immense serpent gisait à côté de son bras, frémissant encore de l’adrénaline qu’il avait failli mettre à profit, une demie seconde auparavant, pour le royal petit déjeuner qu’il tentait de prendre. La jeune princesse se releva, les restes de sa manche maculés de rouge, les larmes aux yeux.
Sans qu’on pût vraiment dire en quoi, l’attitude de P’tit Tus avait changé notablement.
- D’accord, gente dame, dit-il. J’ai une confession à vous faire.
Bérénice retint un mouvement de surprise face à ce ton si différent et assuré, mais son état de choc ne lui permit pas de prononcer le moindre mot. Même la voix du jeune garçon s’était faite plus profonde, moins agreste.
- Je vous avoue, gente dame, qu’il y a une certaine probabilité de chance pour que nous soyons, heu, comme qui dirait, perdus.
Cette (pseudo)révélation tomba comme un coup de massue sur les épaules de la jeune et fragile princesse, qui sentit sa gorge et ses poings se serrer. Elle était perdue, dans un bois regorgeant d’horribles serpents carnivores, du fait d’un guide menteur à peine plus petit qu’elle. Oh, ça, il le lui paierait, ce misérable bûcheron, papa en entendrait parler !
- Et comment cela se fait-il ? questionna-t-elle. Avez-vous tenté de m’égarer dans les bois pour me faire du mal ?
- Gente dame, sauf votre respect, vous étiez déjà égarée, ce me semble. Non, la réalité est toute autre. C'est-à-dire que… je ne suis pas véritablement un bûcheron.
- Oh, fit la princesse en se grattant à son tour le haut du crâne. Êtes-vous un chevalier en quête de sa monture enlevée ? Un seigneur dépouillé par des brigands sauvages ? Avez-vous tenté sans me l’avouer de me sauver des griffes de quelque dragon sanguinaire rôdant dans les parages, tout à l’heure, en m’éloignant de là d’où je venais ? – un regain d’espoir la secouait subitement.
- Ma foi non, je suis chevrier dans le village d’à côté ; ou tout du moins qui se trouvait à côté au moment où je vous ai rencontrée.
- Oh, répéta la demoiselle de plus en plus en détresse. Mais alors, quelle est la raison de votre curieux comportement ?
- Je suis en fuite, gente dame.
La jeune fille ne put s’empêcher de porter ses mains à ses joues, son cœur manqua un battement. Un renégat ! Un fugitif dangereux l’accompagnait depuis plusieurs heures ! Elle faillit défaillir, si tu me pardonnes la répétition, ami lecteur.
- Avez-vous tué quelqu’un ? s’étrangla-t-elle.
- Ma foi non. Pour être franc, je fuis ma famille vers de plus vastes horizons ; j’aspire à devenir scribe itinérant.
- Oh, répéta encore Bérénice.
- Je vous prie de croire que je voulais sincèrement vous conduire au château, quelle que soit la raison pour laquelle vous souhaitiez vous y rendre. Cela dit, mes chèvres ne restaient guère que dans leur enclos, et j’ai peu vu du pays. Je vous conjure donc de bien vouloir me pardonner.
- Mais certainement pas, décréta Bérénice en relevant ce qui restait de sa jupe pour se remettre en route dans la direction opposée à celle du soi-disant bûcheron-chevrier-scribe itinérant.
Les épaules de ce dernier s’affaissèrent. Il adressa à la jeune princesse un signe de la main qu’elle ne vit pas, car elle avait repris son chemin, le plus loin possible de la dépouille du serpent. Elle trébucha, se releva, boitilla quelque peu, fit encore quelques pas hésitants, puis sursauta. Quelque chose s’approchait d’elle. Elle tourna la tête.
- C’est aussi ma direction, déclara P’tit Tus. Cheminons ensemble, si vous ne me voulez plus pour guide.
- Je ne cheminerai point d’égal à égal avec un enfant, non noble qui plus est, laissa-t-elle échapper.
- Un enfant ! s’insurgea P’tit Tus. J’ai tout de même quinze ans !
La remarque la surprit quelque peu ; elle l’examina attentivement, ses bras maigres, son visage fin, ses yeux noirs et brillants. Elle s’était sentie généreuse en lui attribuant douze ans. « Je comprends son surnom », se dit-elle. Elle parcourut du regard la forêt sombre et inquiétante, l’absence de sentier, la dépouille encore chaude du reptile, et la hache salvatrice de P’tit Tus.
- En ce cas, je vous concède l’insigne honneur de m’escorter, sentencia-t-elle d’un ton sans réplique.
Et ils se remirent en route.
Ou du moins ils essayèrent.
Une flèche sifflante vint se ficher dans un tronc, à sept centimètres et demis de la joue gauche de la princesse. Ce que viennent faire des Indiens dans un conte de fée ? Rien : ce n’en sont pas.
- Nom de l’Auteur ! jura P’tit Tus – pardonne-moi pour cette grossièreté, c’est que je n’aime guère censurer mes personnages.
Les deux se jetèrent en avant, cherchant le refuge de quelque buisson touffu. Un autre projectile trancha l’air non loin, puis des pas se firent entendre.
- Il faut fuir ! chuchota P’tit Tus avec une perspicacité sidérante.
Ils se mirent à ramper entre genets et ronces, s’enfonçant des épines dans la peau et des insectes dans les cheveux. Par malheur, la robe (presque) immaculée de la jeune princesse miroitait dans la forêt ; chacun eut beau se faire le plus petit possible, deux mains puissantes – et cette fois-ci, l’adjectif « puissantes » n’est plus aussi relatif – fouillèrent les sous-bois et en extirpèrent la princesse gesticulante, qui les maudit entre deux glapissements étouffés. On lui banda les yeux, on entrava ses poignets avec de la corde rude et épaisse, et on la fit avancer, encore et encore, entre les arbres à l’écorce rugueuse qui lui râpaient les bras, dès qu’elle déviait de son chemin par excès de fatigue. Un voyage infernal commençait.
Je te laisse deviner que « on », ce sont les méchants.


Commentaires

Le 15 septembre 2010 Llyne a dit :

La pauvre princesse xD Un immense serpent dans une forêt? O.O C'est un peu bizarre.
C'est amusant, c'est plus trop le même genre que tes autres histoires parce que les héros ne sont pas du tout doués ^^

Le 15 septembre 2010 Milora a dit :

Oui c'est un peu différent, c'est plus dans la parodie, le Narrateur se moque un peu de tout le monde !

Oh, pour le serpent, ce sera à ajouter aux bizarreries de l'histoire du Narrateur ! Mais ne le gronde pas trop, ou il pourrait se vexer :-D

Le 16 septembre 2010 Llyne a dit :

Oui, j'ai envie d'avoir la suite ^^

Le 16 septembre 2010 Edenz a dit :

J'aime toujours autant cette histoire ce narrateur est décidément génial !
Bravo à toi, et... VITE LA SUIIIIIITE !

Le 16 septembre 2010 Milora a dit :

OH ! ED ! ça fait plaisir de te voir ici ! =D

Je poste la suite demain ! 8-)

Le 20 septembre 2010 Edenz a dit :

Bah je lis toujours mais je poste moins de commentaires :/
Désolé :( Je suis un peu speed en ce moment !!

Le 08 décembre 2014 Coiffure a dit :

Tu sais vraiment plein de choses, c'est dingue ! Bravo en tout cas

Le 09 décembre 2014 Location vacances a dit :

Un site sympa, beau design, je suis totalement séduite

Le 11 juillet 2015 Roxanne a dit :

Votre page contact semble ne pas fonctionner, comment puis-je vous contacter ?

Roxanne

Le 01 décembre 2015 Lara a dit :

Bonjour, est-il possible de télécharger les articles de votre blog en pdf ? J'aimerais pouvoir les lire sur mon Kindle.

Lara

Le 20 juin 2016 www.personalfinancehome.com a dit :

I utilized to run a small business that necessary me to produce several funds transfers weekly. Due to be able to umpteen forex fluctuations available in the market, I needed to discover a viable platform which could afford me with all the best methods of funds transfer evaluation.

Le 20 juin 2016 www.yournexthouseloan.com a dit :

I employed to run an enterprise that essential me to generate several income transfers obtain. Due for you to umpteen currency exchange fluctuations out there, I needed to identify a viable platform that can afford me while using best modalities of income transfer comparability.

Le 20 juin 2016 www.ecosocialbusiness.com a dit :

I helpful to run a profitable business that expected me for making several dollars transfers per week. Due to help umpteen foreign exchange fluctuations already in the market, I needed to get a viable platform which may afford me while using the best processes of dollars transfer contrast.

Le 20 juin 2016 www.businesslawalert.net a dit :

I familiar with run a home based business that important me in making several capital transfers invest in. Due so that you can umpteen foreign money fluctuations sold in the market, I needed to see a viable platform that might afford me together with the best ways of capital transfer comparing.

Le 20 juin 2016 www.tavakolistructuredfinance. a dit :

I useful to run an organization that demanded me to build several revenue transfers once a week. Due that will umpteen money fluctuations available, I needed to get yourself a viable platform that will afford me when using the best modules of revenue transfer compare.

Le 18 mai 2021 สล็อตวอเลท a dit :

Contes et fées - 3

Fil Rss des commentaires de cet article

Ecrire un commentaire




Commentaire : ;) >_< shame :S mrgreen oO siffle :) :( xD

Quelle est la quatrième lettre du mot ffnrel ? :