Les hauts faits d'Ière et d'aujourd'hui

Me revoilà ! Je suis à Barcelone pour quelques semaines, pour mon mémoire, et j'ai la connexion à internet que dans les bibliothèques, d'où mon silence prolongé !


Mais trêve de blabla. Voici un petit texte... enfin, moins un texte qu'un délire. Ecrit à deux avec Rain , à l'occasion d'un Blind Test du forum Le Monde de l'Ecriture (c'est à dire un jeu où chacun écrit un texte et il faut deviner qui a écrit quoi. En l'occurrence, les collaborations étaient acceptées).
On l'a vraiment écrit très vite, Rain le désavoue d'ailleurs totalement, alors n'en attendez pas un chef d'oeuvre littéraire.
Nous l'avons écrit en alternance : moi un bout, puis Rain la suite, puis moi de nouveau, et Rain la dernière partie. Nous ne nous étions pas du tout concertés et est résultat est... est... est... n'importe quoi ? Oui, ce serait le mot.
Je vous présente donc notre n'importe quoi de 2010.



Les hauts faits d’Ière et d’aujourd’hui





Une carte, c’est l’aventure. C’est un bout d’autre contrée, d’autre monde, d’autre univers, c’est un support pour la croix rouge d’un trésor, un repère de monstres tentaculaires peints sur les vaguelettes de l’eau, c’est un bien précieux des navigateurs, caché soigneusement dans le double fonds de coffres aux serrures ouvragées…
Mais soyons réalistes : une carte, avant tout, ça sert quand même à faire la guerre.
Et c’est précisément à cet usage que l’employait un certain matin – dont nous ne donnerons pas la date par mesure de confidentialité – la 4ème division des porcelaines blindées, sur le front Ouest de ce qui allait devenir la bataille des Mille Morceaux. Le caporal Thé Ière dessina de son bec verseur la dernière ligne de défense adverse dans le sucre répandu à ses pieds, où l’on avait tracé sommairement le plan des lieux.
- L’heure est grave, annonça-t-il sombrement, prononçant ainsi sans s’en douter ce qui passerait à l’histoire comme la célèbre phrase de « l’heure du Thé ».
L’envahisseur était en effet bien installé et le bouter hors de la Cuisine de Mémé Lucette ne s’avérait pas aussi facile que ce qu’avaient annoncé les généraux depuis leur confortable placard du haut. Leur offensive avait commencé insidieusement. A posteriori, l’on se rendait compte que le point de départ avait sans doute été l’arrivée du four micro-ondes, véritable cheval de Troie qui avait amené à sa suite les premiers avant-postes des perfides Plats en Plastique. En quelques semaines, ils avaient totalement converti la propriétaire des lieux, qui avait relégué à la réserve ses plats les plus anciens – vétérans de la guerre contre les fourbes Assiettes en Carton, qui n’avaient duré que le temps d’un goûter. A présent, il était temps de reprendre l’avantage.
Le caporal regarda son unité d’un œil sévère, le couvercle froncé. On ne lui avait laissé que des soldats de seconde classe : les couverts en argent, qui l’observaient d’un air peu rassuré. Ils savaient que la journée s’annonçait rude pour eux, qu’il y aurait de nombreux tordus avant la nuit, et peut être même quelques brisés. La balayette lorgnait déjà le futur champ de bataille, consciente du festin qui l’attendait.
- L’heure est grave, soldats, répéta Ière. Cette nuit, nous avons reçu un rapport de nos éclaireurs, Suc Ryair et Salee Heire. Le constat est alarmant. Bien qu’ils n’aient pas encore été délogés, ils annoncent que les Plastiques ont encore gagné du terrain. Pois Vrillère s’est fait éjecter de son poste alors qu’il tentait de repousser l’envahisseur. Soldats, l’ennemi est à nos portes. Il tient à présent la table du salon, et menace d’envahir nos vieilles Armoires. Nous sommes la dernière ligne de défense entre eux et nos maisons. Je ne vous le cache pas, peu d’entre nous verrons l’aube, demain.
Un murmure d’angoisse parcourut les rangs ; les doutes se confirmaient. Ière inspira un bon coup.
- Le jour viendra, reprit le caporal, où les couverts tourneront les talons, laissant leurs frères à la merci des loups. Mais ce jour n’est pas arrivé. Ce sera l’heure où la Porcelaine tombera, et se soumettra à son destin. Mais ce jour n’est pas arrivé ! Aujourd’hui, nous combattrons. Pour tout ce qui nous est cher. La guerre, c’est maintenant ou jamais ! Nous devons lutter ensemble, nous lever tous, les uns après les autres, pour défendre notre salon sacré ! Ils ne passeront pas !
Ce discours passionné émut toute l’assemblée davantage que lorsqu’avait retenti l’annonce de l’épidémie de rouille aigüe, l’an passé. Les lignes de fourchettes se redressèrent, les soucoupes volantes serrèrent leurs rangs sur leur aire de lancement, dans les foyers les verres de cristal laissèrent échapper une lamentation éthérée. L’armée au grand complet, gonflée d’espoir et de fougue, se tenait sur la table avec panache, bigarrée mais ordonnée, hiérarchisée avec un soin martial. Face à elle, de l’autre côté du fossé formé par le bord de la table, se tenaient les Plastiques sur la cuisinière. Les ailes de tupperware sans scrupules flanquaient les alignements de larges plats à micro-ondes aux couleurs insolentes, tous impassibles, tous froidement déterminés. Le plus proche leva le couvercle, belliqueux, puis…
- Aaaaaah ! hurla la bouilloire d’une voix suraiguë.
Les deux camps se figèrent brusquement, muets d’horreur. Non que le ton de crécelle de dame Bouilloire ait quelque chose d’alarmant : malgré les séances de rééducation orthophoniques que lui avaient prodiguées successivement Thé Ière (c’était une lointaine cousine, et la famille, ça compte chez les Ière), Cuiller (Petite, la cadette), le torchon à carreaux du troisième tiroir, et même un oignon baba-cool qui espérait prouver que la voix de dame Bouilloire pouvait faire pleurer plus fort que lui, malgré toutes ces séances, disions-nous, la bonne dame n’avait jamais été capable de prononcer autre chose que des « ah ! » à durée variable. Mais cette fois, le sens de son hurlement était sans équivoque : il comprenait six a, ce qui était le signe indubitable d’un danger imminent.
Et en effet : sitôt eut-elle fini de s’époumoner que pénétra dans la pièce en faisant trembler le dallage le terrible, l’infâme, le redouté jusque dans les cauchemars les plus sombres, l’abominable Bébé, petit-fils de Mémé Lucette, et qui du haut de ses quatre ans avait déjà emporté le prix du champion toute catégorie de cassage d’objets en tous genres. Papy était endormi à l’étage, et complètement sourd. Inutile d’espérer du secours de ce côté-là. Même le valeureux Thé Ière déglutit avec peine. Le véritable carnage allait commencer.
Bébé, qui se promenait en quête d’une grosse bêtise bien juteuse à se mettre sous la dent, se figea soudain. Plus personne ne bougeait dans la pièce, qu’il soit Porcelaine ou Plastique – le moindre mouvement brusque signerait leur arrêt de mort à tous. Bébé s’avança d’un pas prudent, tel un chaton venant de repérer sa première souris, se déplaça lentement dans les rangs des deux armées. Au bout d’une minute enfin, il s’arrêta à nouveau, observa avec intérêt le grand doyen Vase de Chine, qui occupait toute l’étagère du milieu de l’Armoire. Celui-ci, trop vieux pour de telles situations, tremblait de tous ses membres. Puis le prédateur se détourna de lui comme de tous les autres, et s’apprêta à repartir.
Malheureusement, un soupir du vieux Vase le fit vaciller, et il s’écrasa lamentablement par terre. Bébé se retourna à la vitesse de l’éclair, une flamme mauvaise dans les yeux. Un sourire diabolique s’étira sur ses lèvres, et certaines des tasses les plus proches jurèrent l’avoir entendu dire d’une voix de stentor :
- Okay, let’s rock !
Et le massacre commença. Les Porcelaines volèrent et se brisèrent, les Plastiques furent déchirés encore et encore. Un génocide, sans discrimination de matière.
Thé Ière regroupa les quelques survivants des deux camps du côté de la Télé, la sainte icône de Mémé Lucette. Là, Bébé n’oserait pas s’en prendre à eux, et ils pourraient mettre au point un plan d’attaque – ou, à défaut, se cacher jusqu’à ce qu’il s’en aille. Les événements ne tournèrent pourtant pas comme le caporal l’avait prévu. Le monstre, alors qu’il dévorait une serviette en papier, se braqua subitement vers eux. Et il attendit, au milieu du champ de ruines qu’il venait de provoquer. Le sol était jonché de tasses brisées, de verres éclatés, d’assiettes déchiquetées, de serviettes lacérées… Alors, Thé Ière comprit que lui et ses hommes n’avaient plus aucune chance de s’en sortir. Il n’y avait qu’un seul espoir. Mémé Lucette et son lien quasi télépathique avec la sainte Télé. Elle saurait. Elle ne la laisserait pas en danger.
Il se tourna vers ses soldats.
- Pas de retraite, leur dit-il. Pas de reddition. Telle est la loi Porcelaine. Et pour la loi Porcelaine, nous tiendrons, nous combattrons… et nous mourrons. (Il fit une pause, aussitôt remplie par les murmures houleux des rescapés des deux armées regroupés sous ses ordres) Mais nous aurons occupé Bébé assez longtemps pour protéger nos armoires, reprit-il, nous aurons attiré l’attention de Mémé Lucette, nous aurons sauvé les nôtres !
Des vivats étouffés fusèrent. Mais pas longtemps. Chacun déglutit, et le caporal reprit.
- Un nouvel âge viendra. Un âge de liberté, où la Porcelaine – et même le Plastique – feront valoir leurs droits de survivre. Un âge où le papier et le cristal pourront être amis, et tenir la table main dans la main. Et tous sauront que trois cent Porcelaines ont donné leur vie pour ça !
Le caporal s’enflammait de plus en plus. Les soldats se regardèrent entre eux, échangeant des commentaires à voix basse – en vérité, ils étaient moins d’une quinzaine. Puis ils regardèrent derrière lui, et se camouflèrent du mieux qu’ils purent.
- Porcelaines ! Préparez-vous à la gloi… Oh merde…
On le soulevait. On le ramenait en arrière. On le jetait violemment. Alors que le mur se rapprochait dangereusement, Thé Ière se rappela un tout petit détail. C’était Jour des Courses. Mémé Lucette n’était pas là. Personne ne viendrait. Personne ne les sauverait. La Télé n’avait servi à rien.
Et le monde devint noir.



Commentaires

Le 24 janvier 2011 Llyne a dit :

C'est vrai que c'est un peu n'importe quoi, mais c'est super drôle xD
Les jeux de mots sont bien trouvés ^^

Le 24 janvier 2011 Llyne a dit :

Et amuse toi bien en Espagne, même si c'est pour le travail =)

Le 25 janvier 2011 Milora a dit :

Je vais essayer... les week-ends ! Non, mais à part l'aspect travail, c'est très sympa. Je suis chez ma famille paternelle que j'avais pas vue depuis longtemps et ils me gâtent
:lol:

Le 31 janvier 2011 Llyne a dit :

ça me donne envie d'y aller ^^

Le 04 février 2011 Milora a dit :

Juste un petit passage pour préciser que je ne suis pas morte, hein, mais je ne peux pas poster pour le moment - manque de connexion. Dès que j'ai une minute à moi, je redonne vie à ce blog, promis !

Le 10 février 2011 Minyu a dit :

Ahah j'adore, c'est trop drôle ! Ca fait vachement penser aux 300 Spartiates contre la Perse :lol:

Le 10 février 2011 Rain a dit :

Toute ressemblance avec la bataille des Thermopiles est totalement préméditée et assumée ;-) D'ailleurs, si vous me trouvez l'autre référence au niveau des discours, je vous offre un sandwich. A la fraise. Et y'en a une troisième, mais là, c'est plus compliqué :-p

Le 09 septembre 2017 comment pirater un telephone a dit :

I was able to find good advice from your blog articles.

Le 10 décembre 2020 asas a dit :

play casino games online:

https://www.bbdd66.com
https://www.bbdd66.com/theking
https://www.bbdd66.com/sands
https://www.bbdd66.com/first
https://www.bbdd66.com/yes
https://www.bbdd66.com/super
https://www.bbdd66.com/gatsby
https://www.bbdd66.com/33
https://www.bbdd66.com/world
https://www.bbdd66.com/merit

https://www.omgab.com
https://www.omgab.com/theking
https://www.omgab.com/sands
https://www.omgab.com/first
https://www.omgab.com/yes
https://www.omgab.com/super
https://www.omgab.com/gatsby
https://www.omgab.com/33
https://www.omgab.com/world
https://www.omgab.com/merit

https://www.omgqq.com
https://www.omgqq.com/thekingcasino
https://www.omgqq.com/sandscasino
https://www.omgqq.com/firstcasino
https://www.omgqq.com/yescasino
https://www.omgqq.com/supercasino
https://www.omgqq.com/gatsbycasino
https://www.omgqq.com/33casino
https://www.omgqq.com/worldcasino
https://www.omgqq.com/merit

Le 25 mai 2021 scdcs a dit :

www.omgka.com
www.omgka.com/theking
www.omgka.com/sands
www.omgka.com/first
www.omgka.com/yes
www.omgka.com/super
www.omgka.com/gatsby
www.omgka.com/33
www.omgka.com/world
www.omgka.com/merit

Le 25 mai 2021 scxd a dit :

www.oobbg.com
www.oobbg.com/theking
www.oobbg.com/sands
www.oobbg.com/first
www.oobbg.com/yes
www.oobbg.com/coin
www.oobbg.com/33
www.oobbg.com/world
www.oobbg.com/merit
www.oobbg.com/gatsby

Le 25 mai 2021 scxd a dit :

www.oobbg.com
www.oobbg.com/theking
www.oobbg.com/sands
www.oobbg.com/first
www.oobbg.com/yes
www.oobbg.com/coin
www.oobbg.com/33
www.oobbg.com/world
www.oobbg.com/merit
www.oobbg.com/gatsby

Fil Rss des commentaires de cet article

Ecrire un commentaire




Commentaire : ;) >_< shame :S mrgreen oO siffle :) :( xD

Quelle est la troisième lettre du mot dtimd ? :